J'ai commencé à rêver d'un théâtre magique, un théâtre-phare, un théâtre refuge. Comme j'aime écrire j'ai écrit à propos de ce théâtre rêvé. En attendant de le mettre sur pied.

  • Un théâtre protégé & inspiré par les Muses 

Erato - Thalie - Clio - Uranie aux quatre coins cardinaux ; protégées par Athena au centre, tournée vers l'entrée du théâtre

Uranie au Nord vers l'étoile du Berger  

Clio à l'Est vers le soleil levant 

Erato à l'Ouest vers le soleil couchant 

Thalie au Sud - vers l'Equateur et la Méditerranée 

  • Un théâtre ambulatoire

Le théâtre italien bourgeois n'est pas le théâtre que je veux être. Mon théâtre n'est pas pour ceux qui veulent un Hamlet en tenue historique. 

Mon théâtre veut parler aux gens, je veux leur expliquer des choses, je veux les prendre par la main et leur dire comment je vois le monde et comment le monde est beau, avec eux, pour eux, par eux si ils veulent bien essayer. 

Je ne veux pas une salle bien construite comme à Bastille. J'aime les codes italiens mais le monde a déjà Vienne, a déjà Bordeaux, a déjà Garnier ; le monde n'a pas besoin d'un nouveau théâtre à l'italienne. Mon goût pour le baroque ne doit pas nuire à l'idée de mon théâtre, il doit le servir. 

Donc, des petits angelots en stuc, d'accord, mais de façon seulement sporadique, épisodique, pour rire. Ici pour rappeler, seulement, que le théâtre pourrait être cela. Redonner des repères classiques rassurants, réconfortants, confortables. Et leur montrer aussi, qu'ils sont d'une certaine façon, dans un théâtre déconstruit, que les anciennes façons de faire ne comptent plus que comme support pour y construire de nouvelles façons, comme tremplin pour aller plus haut.

Pour l'acoustique les questions se posent. Si c'est moi qui fait du théâtre, si c'est moi qui construit mon théâtre, je doute que mes qualités "d'architecte" me permettent d'obtenir une acoustique satisfaisante. Au mieux réussirai-je à générer un volume qui ne risquera pas de s'effondrer. Plutôt, donc, que de m'évertuer à générer une conque dans quelque soit la structure que je récupèrerai, utiliser des micros sera peut-être plus intelligent, à plus propre à la fondation de ce que je voudrais être mon "nouveau théâtre". Pouvoir faire en sorte que ça murmure et que ça s'entende quand même. L'idée du murmure audible m'est cher, pour une raison ou pour une autre. 

L'installer dans un endroit où il n'y en a pas beaucoup d'autres. La concurrence de m'intéresse pas, je veux plutôt amener la culture, la culture douce et calme et compréhensive, je veux l'amener dans des endroits où il semble qu'elle pourrait servir. Je voudrais aider les gens à comprendre les autres et à se comprendre eux-mêmes. J'aimerais qu'il y ai un endroit d'écoute greffé à mon théâtre ; comme je vivrai dans celui-ci, comme j'y dormirai, cet endroit sera toujours ouvert. Il suffira de sonner pour y être écouté. 

 

  • Que mon théâtre soit comme un phare.

Un phare qui brillera dans la nuit pour ceux qui cherchent. Un phare pour se poser. Une bibliothèque. Un endroit d'amour pour ceux qui veulent ; je ne veux pas seulement un théâtre, je veux refaire Alexandrie dans un macrocosme théâtral. 

Un théâtre reconstruit dans un hangar, un château, une église, construit de bric et de broc, hors de la cristallisation des étiquettes et des codes de la consommation.